vendredi 10 juillet 2015

Plantation des rosiers : tous les conseils ?

------
Les rosiers redoutent les conditions extrêmes. L’idéal est qu’ils perçoivent de la lumière toute la journée. Plantez au mois de mars vos rosiers en conteneurs, pour les rosiers à racine nues mieux vaut le faire en novembre. Creusez un trou deux fois plus large et plus profond que la motte et plantez celle-ci sans la défaire.

Arrosez généreusement, continuez jusqu’au moment de la floraison afin d’empêcher la terre de sécher. Durant la première année de plantation, l’arrosage est très important pour l’arbuste.


Voici, détaillées, différentes situations de plantations de rosiers :

Entre deux fenêtres

La variété « centenaire de Lourdes » existe en forme grimpante qui peut monter jusqu’à 2 ou 3 mètres. Ses roses doubles légèrement parfumées sont remontantes sur des rameaux très peu épineux (ce qui est très pratique lorsqu’il faut attacher les tiges).
Plantez le rosier à 50cm du mur dans un trou deux fois plus volumineux que la motte, enrichissez de bonne terre de jardin et de compost. Placez entre deux fenêtres un treillage à 10cm du mur pour faciliter le palissage. Chaque année, en fin d’hiver, taillez toutes les ramifications au dessus de deux bourgeons : ce sont elles qui porteront les fleurs.

Sur un angle de la maison

Le rosier « New Dawn » est assez vigoureux pour coloniser une façade. Ses branches peuvent atteindre 5m de haut. Peu exigeant, il s’accommode de la mi-ombre, d’un sol ordinaire et ses fleurs résistent bien à la pluie. Creusez un large trou de plantation et évacuez la terre si elle est médiocre, prévoyez une distance de 40 ou 50 cm du mur. Au fil des ans, sélectionnez quatre branches et dirigez-les vers l’angle de la maison en les palissant sur des fils tendus. Pensez à les fixer sur des pitons pour éloigner les branches d’au moins 10 cm du mur afin que l’air puisse circuler.

En bordure de gazon

En se détachant sur le fond vert de la pelouse, ces rosiers à massifs créent un décor gai et sobre. Optez pour la variété « Jacques Cartier » produisant des fleurs doubles rose vif qui palissent ensuite. Leur parfum de lavande est très fin et très agréable. Disposez les pieds de rosiers en quinconce en les espaçant de 50 cm en tout sens. Afin d’obtenir un effet de masse et une régularité, n’utilisez qu’une seule variété. Pour accélérer la formation de nouveaux boutons dans le cas des variétés remontantes, n’hésitez pas à couper les fleurs fanées. Après la floraison, binez légèrement le sol au pied des rosiers en y incorporant un engrais organique. En climat chaud, paillez en couvrant la terre de rameaux broyés.

Une arche foisonnante

Seul un rosier ancien est capable de fournir une telle avalanche de fleurs au printemps. Tous les ans, vous admirerez cette effusion de roses en pompons parfumées, telle que la variété « neige d’avril ». Prévoyez une arche solide car elle aura du poids à supporter. Elle doit être très haute et large pour que les fleurs retombantes ne gênent pas le passage. Ce rosier est d’une telle vigueur, qu’il suffira d’un seul rosier planté sur un côté pour coiffer l’arche. Palissez progressivement entre 3 et 5 branches principales sur l’arche chaque année, après la floraison, supprimez 1 à 2 branches anciennes et vous laisserez pousser à la place quelques jeunes pousses.

Un massif bien cerné

Un massif de rosiers dans un carré de buis : le principe produit toujours de l’effet. Les rosiers « Ballerina » rosés à cœur blanc peuvent être entouré de lavande et d’épiaire laineux, le tout cerné par un carré de buis. Tous les rosiers de ce massif sont à fleurs groupées, donnant une impression de masse. Plantez-les à 50cm les uns des autres. Après la floraison de juin, coupez les fleurs fanées. Réalisez un paillis au pied des rosiers pour limiter les mauvaises herbes et l’évaporation. Les rosiers sont gourmands, nourrissez-les de compost et d’engrais organique.

Une plate-bande variée

Un massif mariant plusieurs dizaines de variétés, ce n’est pas banal par exemple (crocus Rose, Lady Emma Hamilton, Eglantyne…). Toutes ces roses anglaises forment un groupe à part, elles ont à la fois le charme des roses anciennes et le caractère remontant des variétés modernes, et de plus, leurs grandes fleurs sont réputées pour leur parfum enivrant. Lors de l’installation, tenez compte de leur port ; certains rosiers ont le port dressé, d’autres plus étalé. Ne les serrez pas trop, il sera plus facile d’accéder aux rosiers pour les entretenir et l’air circulera mieux entre eux. Contrairement aux rosiers buissons, ne les taillez pas trop court. Supprimez le tiers de la longueur des branches. Apportez de l’engrais en mars et après la première floraison, puis nourrissez-les d’une poignée de fumier déshydraté en automne.

Au pied d’un arbre

En prenant de l’âge quelques arbres se dégarnissent souvent de la base. Offrez leurs un compagnon fleuri comme un rosier, vous profiterez de fleurs et de parfums subtils. Le rosier « looping » est une variété assez rare de 2 à 3 m de hauteur aux grandes fleurs ocre clair. Sinon le rosier anglais « Crown Princess Margareta » abricot orangé au parfum fruité peut atteindre 2 à 2m50. De novembre à fin mars vous pouvez plantez un rosier à racines nues, n’omettez pas de changer entièrement la terre car elle est épuisée. Mélangez la nouvelle avec du compost. Pralinez les racines et installez le rosier en laissant le point de greffe hors du sol. Rebouchez le trou, tassez et arrosez. En été coupez les roses fanées et palissez les nouvelles tiges.

Dans un jardin, on désire donner à la rose une place de choix. Le rosier idéal ne sera pas le même pour la façade de vôtre maison, de vos massifs ou de votre pergola. Tirez profit des caractéristiques de votre terre et du climat de votre région. Les rosiers aiment les sols profonds et plutôt argileux. Si c’est le cas de votre jardin et que vous les installiez au soleil, ils ont toutes les chances de se plaire dans cet environnement et de vous offrir les plus belles roses dont vous rêviez.

Les meilleurs articles jamais écrits !