lundi 6 mars 2017

Comment prendre soin de votre enfant ?

------
Ce dépliant contient des renseignements sur les soins à apporter à votre enfant à la maison quand il ressent de la douleur. La douleur peut être dûe à une coupure liée à une chute mineure, à une foulure, à un mal de gorge, à un mal d'oreille, ou à une intervention à l'hôpital comme le repositionnement d’un os cassé et la pose d’un plâtre.
Les parents sont ceux qui peuvent prendre les meilleures décisions pour soulager la douleur de leur enfant, car ce sont eux qui le connaissent le mieux.

Ce que vous devez savoir au sujet de la douleur de votre enfant

  • Tous les enfants ne ressentent pas la douleur de la même manière.
  • Dans les jours qui suivent un événement douloureux, la douleur devrait s’améliorer et non empirer.
  • Les médicaments contre la douleur aideront votre enfant à moins sentir la douleur.
  • Réconforter votre enfant l’aidera à se détendre et à soulager sa douleur.
  • Le fait de distraire votre enfant peut soulager sa douleur.
  • Le réconfort et les distractions peuvent être aussi importants que donner des médicaments à votre enfant.

Évaluation de la douleur : comment savoir si votre enfant a mal

Parfois, votre enfant vous le dira s’il a mal. Il pourrait utiliser des mots comme mal, faire mal, bobo ou aïe. Votre enfant pourrait pointer la partie douloureuse ou la protéger. S’il ne se plaint pas de douleur, vous pouvez demander à votre enfant à quel point il a mal.
Si votre enfant est plus vieux, vous pouvez utiliser l’échelle de 0 à 10 pour connaître son niveau de douleur. Demandez à votre enfant d'évaluer sa douleur sur une échelle de 0 à 10. 0 signifie aucune douleur, et 10, la pire douleur imaginable. Une douleur légère représente 0 à 3, une douleur moyenne, de 4 à 6 et une forte douleur, plus de 7.
Vous pouvez aussi utiliser une échelle de douleur avec des mots, en demandant à votre enfant s'il a un peu, moyennement ou beaucoup mal.

Certains enfants ne parleront pas de leur douleur

Votre enfant pourrait ne pas être en mesure de parler ou de vous décrire sa douleur. Observez-le attentivement et jugez par vous-même. Les parents savent souvent si leur enfant a mal ou non.

Quoi chercher pour voir si votre enfant a mal

Votre enfant pourrait froncer les sourcils, ou donner des coups de pied dans l'air. Grince-t-il des dents? Remonte-t-il les jambes jusqu'à l'estomac? S'il gémit ou pleure plus qu'à l'habitude, ou s'il est raide, il se peut que votre enfant ait mal. Un enfant qui a mal peut aussi être immobile et ne pas vouloir bouger ou faire des choses qu'il ferait normalement, comme jouer, regarder la télévision ou manger.

Gestion de la douleur : soulager la douleur de l’enfant à la maison avec des médicaments

N’attendez pas avant de donner les médicaments

Les médicaments fonctionnent mieux si vous n’attendez pas que votre enfant ait très mal avant de lui donner le médicament. Si vous attendez, la douleur pourrait prendre plus de temps à disparaître.
La quantité de médicaments à donner dépend de l’âge et du poids de l’enfant. Si vous avez quitté l’hôpital avec une prescription pour des médicaments anti-douleur, suivez les directives que vous auront données le médecin et le pharmacien.
Renseignez-vous sur les effets secondaires possibles. Ce sont des problèmes causés par le médicament lui-même. Discutez des effets secondaires avec le médecin, l'infirmier ou le pharmacien.
Il existe différents types de médicaments contre la douleur. En voici des exemples:

Acétaminophène

Les appellations commerciales courantes de l'acétaminophène sont Tylenol ou Tempra. Ce sont trois noms différents pour le même médicament. Si votre enfant a une douleur légère, vous pouvez lui donner de l'acétaminophène toutes les quatre heures. L’acétaminophène est un médicament sécuritaire pour votre enfant. Il n’a pas d’effets secondaires importants si vous l’administrez selon les directives indiquées sur la boîte ou le contenant.

Ibuprofène

Advil et Motrin sont des appellations commerciales fréquentes de l’ibuprofène. Ce sont trois noms différents pour le même médicament. Demandez à votre médecin si vous pouvez donner de l’Advil à votre enfant. La combinaison d’ibuprofène et d’acétaminophène est parfois bénéfique.

Autres médicaments contre la douleur

L’infirmier, l’infirmier en pratique avancée ou le médecin peuvent suggérer ou prescrire d’autres médicaments contre la douleur. Assurez-vous de demander comment et quand utiliser ces autres médicaments. L’infirmier, l’infirmier en pratique avancée ou le médecin pourrait vous dire que vous pouvez utiliser les autres médicaments seuls, ou combinés à l’acétaminophène. On pourrait prescrire des opioïdes (puissants médicaments contre la douleur) pour une douleur modérée à intense. Les opioïdes sont des médicaments comme la morphine, l'hydropmorphone et l'oxycodone. Suivez tous les conseils de l'ordonnance à la lettre. Si vous avez des questions, communiquez avec le médecin ou le pharmacien de votre enfant.

Anesthésique topique (crème)

Parfois, vous saurez à l’avance que votre enfant va subir une intervention douloureuse, comme une injection pour un vaccin. Il y a certaines choses que vous pouvez faire pour soulager la douleur, comme utiliser une crème anesthésique qui engourdit la peau, telle que Emla, Maxilene, ou Ametop. Suivez les directives de l’emballage.

Réduire la douleur sans médicament

Il existe deux façons de soulager la douleur sans médicament, soit des méthodes physiques et des distractions psychologiques.

Méthodes physiques pour réduire la douleur

Réconfortez votre enfant de la façon qui fonctionne mieux pour lui.
  • Compresses de glace : c’est le meilleur choix en présence d’enflure. Limitez l’usage à 15 minutes toutes les heures.
  • Chaleur : c’est le meilleur choix en l'absence d'enflures, et trois jours après une blessure aiguë. Limitez l'usage à 20 minutes toutes les heures. La source de chaleur doit être plutôt tiède que chaude, pour éviter le risque de brûlure.
  • Tenir, serrer, bercer ou caresser l’enfant.
  • Frotter ou masser une zone douloureuse.
  • Placer un oreiller sous la zone douloureuse.
  • Se lever du lit et bouger, ainsi que changer de position, peut être bénéfique.

Distractions psychologiques pour réduire la douleur

Il s'agit de distraire votre enfant de sa douleur. Certains enfants sont distraits par :
  • la télévision, les films, les DVD ou l'ordinateur;
  • par des histoires;
  • le fait de faire des bulles;
  • le fait de jouer avec vous;
  • le fait de jouer avec leur jouet préféré.

Vérifier comment va votre enfant (nouvelle évaluation de la douleur)

Après que vous aurez tenté de soulager la douleur de votre enfant, il importe de vérifier si la douleur a diminué. Voici comment vous pouvez vérifier :
  • Vérifiez la douleur de votre enfant une heure après qu’il aura pris le médicament contre la douleur.
  • Demandez à votre enfant de quantifier la douleur sur l'échelle de 0 à 10, ou en termes de « un peu, moyen, beaucoup », ou observez-le attentivement.
  • Si votre enfant a encore mal, appelez votre médecin de famille.
  • N'oubliez pas de réconforter votre enfant et de tenter de détourner son attention de la douleur.
  • Si la combinaison de médicaments contre la douleur, de réconfort physique et de distractions psychologiques n’aide pas à réduire la douleur, ou si la douleur empire, appelez le médecin.

À retenir

  • Les enfants ne sentent pas tous la douleur de la même manière.
  • Vous pouvez connaître le niveau de douleur de votre enfant en lui demandant et en observant son comportement.
  • Vous pouvez réduire la douleur de votre enfant avec des médicaments. Suivez toujours les directives que vous ont données l’infirmier, le médecin ou le pharmacien.
  • Vous pouvez aussi réduire la douleur au moyen de méthodes physiques et comportementales.
  • Réévaluez la douleur.

Les meilleurs articles jamais écrits !